onstage.co logo

Quel statut choisir pour travailler dans l’audiovisuel ?

Afin de se rémunérer au mieux dans le milieu de l’audiovisuel, il est nécessaire de trouver le statut qui correspond le mieux à votre situation. Pour vous aider à choisir le plus adapté pour vous, on détaille ici les 6 statuts propres à ce secteur !

1) Le statut de Freelance 🎒

On appelle le freelance la personne physique qui agit en tant qu’auto-entreprise, ou micro-entreprise.

Il y a plusieurs raisons pour lesquels ce statut est intéressant :

Premièrement, être freelance signifie que vous êtes votre propre patron. Cela veut dire que vous gérez votre temps et votre organisation comme bon vous semble. Il est donc nécessaire d'être de nature autonome. Vous avez aussi la liberté de travailler avec qui vous le souhaitez, que ce soit des clients et des prestataires !

Un autre avantage est que vous serez taxé(e) uniquement sur le chiffre d’affaires, c’est-à-dire sur ce que vous gagnez. Vous avez le choix de déclarer vos revenus mensuellement ou par trimestre. Vous pouvez aussi bénéficier de l'ACRE (Aide au Créateur ou au Repreneur d'Entreprise), qui vous exonère de cotisations sociales durant la 1ère année de création de statut !

Ça paraît beau, mais ce statut présente aussi des inconvénients, notamment concernant l'irrégularité des revenus. Si vous ne trouvez pas de missions, tout devient très compliqué financièrement, et vous n'êtes pas assuré de gagner la même somme au fil des mois. Il est donc plus difficile d'emprunter aux banques, ou de louer un appartement par exemple. Être entrepreneur traduit aussi une nécessité de trouver des clients. Vous devez alors assurer un travail régulier de démarchage (prospection par téléphone, mail, rendez-vous...). Vous êtes ainsi amener à effectuer un travail qui dépasse votre domaine d'activité.

Un(e) freelance peut aussi opter pour le portage salarial. Cela consiste à accepter des missions proposées par une société, puis d'exercer son activité chez un client comme un salarié classique. Le client paie alors la société de portage, pour que cette dernière règle le freelance par la suite. Cette méthode est intéressante puisqu’elle propose au freelance de lancer son activité en cas d’incertitudes, et surtout de bénéficier des avantages du salariat (retraite, assurance chômage).

2) Le statut de salarié(e) 💼

Comme dit juste précédemment, il y a beaucoup d’avantages à être salarié(e). Le premier est que ce statut assure une protection et une stabilité à ce jour inégalée. En effet, vous êtes assuré de percevoir des revenus chaque mois, ce qui vous permet d'avoir de l'argent tant pour vos charges personnelles que familiales. Avec un CDI ou CDD, il vous est plus facile d'emprunter aux banques et de trouver un logement, à l'inverse d'un freelance ou d'un intermittent.

D'autres privilèges sont à mentionner : les congés payés, l'assurance chômage, la cotisation pour la retraite, la vie en entreprise et les potentielles promotions et primes d'activité.

Les inconvénients qu'on rencontre le plus souvent sont que vous devez travailler tous les jours. Une routine s'installe alors, ce qui peut être un frein pour beaucoup à termes. De plus, si on compare le salaire à la journée, vous serez forcément moins bien payé qu’un freelance.

Enfin, être salarié signifie que vous dépendez d'une personne physique et/ou moral. Vous devez ainsi vous en tenir aux directives, plus ou moins flexibles dépendant de l'entreprise dans laquelle vous vous trouvez.

3) Le statut d'intermittence 🎭

Nous avons un article qui vous explique en détail le statut d’intermittent du spectacle, à retrouver juste ici : Tout comprendre sur l’intermittence.

Mais pour faire simple, vous devez travailler 507 heures (ou plus) sur une période de 1 an, afin de bénéficier l’année suivante de l’assurance chômage chaque jour que vous ne travaillez pas. Pour compter vos heures, vous devez cumuler les cachets (1 cachet est considéré comme 8 heures de travail) et les déclarer ensuite, chaque mois, à Pôle Emploi.

Historiquement, c’est le statut le plus utilisé dans le secteur de l’audiovisuel, mais attention ! Toutes les entreprises ne peuvent pas payer des intermittents. Pour cela, il faut que la société dispose d’un code APE spécial, donné notamment aux boîtes de productions. D’un point de vue administratif, la charge de travail pour le payeur est plus lourde lorsqu'il fait appel à un intermittent plutôt qu'un freelance. En effet, il suffit à ce dernier de présenter une simple facture, avec le tarif négocié, afin d’être payé.

4) Le statut de société 🏡

Nous passerons rapidement sur ce statut. Mais pour faire simple, Si vous souhaitez embaucher du personnel, ou si vous êtes plusieurs associés à votre projet, il est conseillé de créer une entreprise (SAS, SARL…).

Cette création peut aussi être motivée par une perception d'un chiffre d'affaires élevé !

Sans oublier que vous pouvez prétendre d'importantes subventions / levées de fonds d'instituts publics ou privés, qui vous permettra d'augmenter votre capital social et d'investir en besoins humains et matériels.

null

5) Le statut d'auteur ✏️

Ce statut d’auteur, dans le monde audiovisuel, s’applique aux réalisateurs, scénaristes et compositeurs. Être auteur est une question de fait. La preuve de la qualité d’auteur peut être exprimée par tout moyen (contrat, témoignage, courrier, mail…).

Ce statut permet de se rémunérer grâce aux droits d’auteur, mais va aussi toucher des droits d’auteur sur les diffusions de ses oeuvres.

Avec ce statut, vous pouvez cotiser à la retraite au niveau de l’Agessa (la sécurité sociale des artistes-auteurs). Cependant, vous n’avez pas accès aux allocations chômage.

Vous pouvez retrouver plus amples informations directement ici : www.secu-artistes-auteurs.fr

6) Le statut de réalisateur 🎬

Un autre statut existe, exclusivement réservé aux réalisateurs. Il est très complexe car le réalisateurs est considéré à la fois comme un technicien ET comme un auteur.

Cela signifie que le réalisateur touche deux salaires : un en tant qu’auteur, et un autre qui sera plus classique, sous le statut de salarié, freelance ou d’intermittent. Chacun de ces aspects doit donc faire l’objet d’un contrat spécifique, ou d’un contrat en deux parties.

Là encore, si vous êtes dans cette situation, on vous invite à vous rapprocher de l'Agessa, qui saura vous accompagner et vous conseiller selon votre situation !

Travailler en indépendant ou en entreprise a des avantages et des inconvénients bien différents. Vous devez non seulement trouver le statut qui sera le plus adapté à votre métier, mais également à votre caractère et votre manière de faire les choses ! Si vous avez des questions ou des doutes, on est disponible par chat ou par mail à hello@onstage.co, comme toujours :)

Allez, bon chance !